Les couleurs et les jouets ont-ils un genre ?

Il y a quelque temps déjà, j’ai regardé l’émission Les Maternelles (dont je suis fan) et le sujet abordé était les stéréotypes de genre. Du coup, j’ai eu très envie de parler sur le sujet. Et oui, je peux être sérieuse aussi dès fois, il ne faut quand même pas trop demander !

Comme vous le savez ou pas, je viens d’un pays chaud, latin et disons très machiste. Au Brésil, quand j’étais petite, un homme qui “osait” s’habiller en rose, était vu comme gay – et l’homophobie là bas est encore malheureusement très présente. Même si la tendance commence à bouger, il est encore rare de voir un homme faire du ménage, s’occuper des enfants ou cuisiner. Ma mère m’a même avouée que mon père n’a jamais changé une de mes couches ! Mon père a mis longtemps à cuire un steak et il était plutôt maladroit. Par contre mon Grand Père (mon chéri papy, papa de ma maman) cuisinait très bien (mais par contre ne conduisait pas super bien, mais ma Grand Mère si – comme quoi on cassait déjà les stéréotypes dans ma famille).

Ma chambre de bébé était bleue avec des personnages d’une BD brésilienne pour les enfants. Mes parents ont gardé la même chambre de leur premier enfant, un garçon, mon frère, décédé à 5 jours dû à des nombreux problèmes de santé.

Grand Chou, vers l’âge de 7 ans, a déménagé dans une nouvelle maison où la chambre qui lui a été donnée était rose. Il a même reçu des copains et jamais eu de souci.

Moi, j’aime bricoler, même si je le fais pas souvent. Mon rêve est d’avoir une scie a ruban et m’amuser avec comme dans mes temps de fac de design. Qu’est-ce que j’adorais manipuler ces machines !

Grand Chou a un CAP Cuisine, il aime cuisiner et m’a sauvée de mes habitudes microondesques. J’ai toujours été fainéante pour la cuisine et ça m’a jamais trop intéressée. Mais ça, c’était AVANT Grand Chou.

Grand Chou a déjà eu des casseroles/verres/plein de trucs cuisine en cadeau. Si on m’offre des casseroles pour mon anniversaire, je les jette à la figure de celui qui me les a offertes. C’est toujours pas
mon genre de cadeau. Par contre, je suis grosse acheteuse d’ustensiles pour la cuisine. Et je me suis mise de plus en plus.

Je ne suis pas trop une fée du logis et j’ai plutôt horreur de faire du ménage. Grand Chou passe l’aspi et arrive à être moins bordélique et un poil plus maniaque que moi (pas du tooout maniaque ou maniaque sélective)

Tous ces exemples vont un peu à contre-pied des stéréotypes que l’on connaît. Et avec Petit Chou, on continue :

Petit Chou a une tétine rose avec un petit chat mignon. Je l’ai pas choisie car c’était un modèle au hasard, mais je n’ai pas boude quand je l’ai reçue. Ma mère m’a dit que mon père, en regardant une photo de Petit Chou avec sa tétine rose, s’est demandé : “Mais c’est quoi cette tétine rose ?”

Petit Chou a un pyjama saumon avec un coeur argenté plein de papillons en 18 mois. Il le portera tranquillou le moment venu. Son petit pull rayé rose-blanc l’attend aussi. Et il a des bodys dit “fille”, juste parce qu’il y a une sorte de bordure blanche sur des bodys tooout blancs. J’ai même pas vu que c’était marqué fille. Je voulais la promo, le body blanc croisé 12 mois, le reste, je m’en foutais royalement. J’ai été surprise quand je les ai reçus. Surprise car je ne comprenais pas pourquoi mettre cette étiquette fille sur des vêtements et pas juste “body avec bordure”. Car en fin de comptes, on s’en fout de qui le portera, décrivez juste le produit bowwwdel.

D’ailleurs, c’est méga chiant cette maniiiie de vouloir étiqueter les vêtements en fille ou garçon. Il suffit juste de décrire le produit. Ce n’est pas parce que c’est jaune avec un petit pli et un petit chat, que c’est fait pour qu’on fille porte ! (Ce t-shirt existe !)

Autre coup de gueule : les coloris. La plupart du temps, on tombe sur des pyjamas du même modèle mais avec 2 couleurs différentes : rose ou bleu. Choix limité… Moi, qui a toujours voulu sortir de ça, j’ai du trancher des fois entre ces deux choix limités. J’ai fini par prendre bleu (déjà car c’est ma couleur préférée) et parce qu’on reste encore un peu conditionné au bleu garçon (oui c’est maaaaaaal, je sais !). Mais dès que je peux, je prends du vert, rouge, marron, orange, jaune, saumon, noir, gris, écru,… Arc-en-ciel quoi ! Alors, les marques, arrêtez vos binômes bleu-rose et mettez de la couleur sur vos fringues !

Et on arrive au pire… Les rayons jouet garçon/fille.

Je comprends bien qu’il faille organiser et faire rentrer dans les cases pour mieux retrouver les produits – surtout en e-commerce. MAIS, un jouet n’a pas de genre ! Mettez des tranches d’âge, qualifiez comme jouet d’éveil, jeux de société, poupées et peluches, figurines, mais revisez la sémantique de vos catégories !

D’une certaine façon, c’est la vieille histoire de la faute au public cible. Si les gens continuent à taper sur notre ami Google ou Amazon, Fnac et cie : “tapis garçon”, “jouet fille 7 ans”, ” t-shirt bébé garçon” ou “suspension fille”, c’est claaaair que les choses ne vont pas bouger tant que ça. C’est l’offre qui répond à la demande.

Je suis pour que mon fils se déguise comme il veut, qu’il joue avec ce qu’il veut, que ça soit une poupée, un tamtam ou une voiture.

Pour finir, encore un autre exemple de mon vécu. Je ne sais pas quel âge j’avais. Entre 5 et 7 ans, je crois. Pour l’anniversaire d’une dèmes cousines, dont le thème était Blanche Neige et les 7 nains, il y avait des masques pour se déguiser. J’ai une jolie photo en robe bleue avec mon masque du nain qui ne parle pas (c’est quoi son nom en Français ?). J’ai toujours aimé ce personnage, mon préféré dans Blanche Neige. Je crois qu’il me touchait par sa tendresse et maladresse et je l’identifiais. Un garçon oui, et moi une fille. Et alors ?

A bas les stéréotypes. Laissons libres nos enfants…et adultes aussi ! #openyourmind

Advertisements